Dans ses peintures abstraites, Guillaume Bottazzi s’abstient de représenter quoi que ce soit ou d’imposer la moindre émotion. Toutes ses peintures sont sans titre. En l’absence de significations qui pourraient limiter l’imagination, nous nous approchons de ses tableaux directement et en l’absence d’indices. Votre interprétation de l’œuvre dépend de la façon dont vous êtes ouvert à elle. L’ampleur de l’œuvre correspond à la vision du spectateur, parfois infiniment large ou incroyablement infime.

Pour la plupart, les hommes ont fait des œuvres d’art, sous la forme de peintures et de sculptures, afin de refléter les choses qu’ils voient dans le monde. Depuis la préhistoire, nos créations ont été innombrables comme les étoiles. L’impulsion de créer une œuvre art peut rester inchangée depuis Lascaux, mais que dire de la nécessité de voir de l’art ? Certains neuroscientifiques en science cognitive nous disent que le cerveau, tout comme l’ordinateur, est habile à éditer et à organiser les données qu’il accumule, mais moins talentueux à la création de données. Ainsi, quand les gens regardent une œuvre d’art, ils la voient à travers le filtre de leurs connaissances et de leurs expériences. De surprenantes formes insaisissables, similaires au gaz, allant du liquide au solide, habitent les peintures de Guillaume Bottazzi. Certaines des nouvelles œuvres de cette exposition évoquent la vapeur, le feu, la fumée et le matériau fondu ; d’autres rappellent le gonflement de ballons flottants ; d’autres encore ressemblent à des cellules en division.

Dans son travail précédent, nous avions vu des couleurs fortes et contrastées appliquées en différents empâtements. Mais récemment, la généreuse peinture, en surface épaisse, a cédé la place à des pigments transparents, appliqués en couches minces sur une toile non apprêtée. La masse et la densité sont désormais rendues par la pureté de la couleur. Les compositions sont plus simples et encore plus denses, un changement qui génère des tensions. Ce changement de style a évolué après le premier voyage de Bottazzi au Japon il y a plusieurs années. L’artiste lui-même a admis avoir été influencé par l’esprit stoïque des arts traditionnels japonais tels que la peinture Sumi.

Bottazzi , cependant, a toujours continué à utiliser les techniques de superposition de glacis de la peinture à l’huile classique. Il a travaillé avec d’autres médias, mais il semble que ce soit la peinture et le pinceau qui lui conviennent le mieux. Nous assistons aux mêmes touches de pinceaux dans les peintures murales qu’il crée en parallèle, même si les  » toiles  » sont ici les quatre murs extérieurs d’un grand bâtiment de vingt mètres. Malgré les conditions particulières qu’impliquent le travail sur des peintures murales sur sites spécifiques, Guillaume Bottazzi aime peindre des projets permanents à grande échelle, qui sont ouverts à la vue du public. Travaillant sur le front mouvementé du champ créatif, il lutte pour maintenir sa course picturale, repoussant les limites de l’art en deux dimensions.

Pourquoi les gens font-ils de l’art ? Pourquoi l’art les attirent-ils ? Au milieu de la récente crise financière et économique, certains peuvent penser que des questions comme celles-ci sont superflues. En effet, l’art n’a peut-être aucune valeur pratique, mais notre intérêt pour lui ne montre aucun signe de ralentissement. Peut-être est-ce parce que l’art éveille des sensations inconnues, et conduit notre conscience vers de nouvelles façons de voir les choses. Et, en ces temps d’incertitudes économiques et sociales – où règne le doute et où l’avenir est sombre – nous devrions avoir besoin de l’art plus que jamais.

Rencontrer une œuvre extraordinaire fait comprendre combien est rare la capacité créatrice ; le pouvoir de l’artiste d’inventer va au-delà de la personne moyenne. En étudiant précisément les tableaux de Bottazzi, nous voyons de multiples couches de matière en expansion, en mouvement depuis les profondeurs de la surface de l’image en trois dimensions, nous faisant prendre conscience du passage du temps dans le processus. Bien que Bottazzi travaille peut-être inconsciemment, sans intention spécifique, sa peinture a un effet catalyseur. Elle est pleine d’un charme étrange qui nous attire vers de nouvelles aventures.

Y. Takaishi

Guillaume Bottazzi

Site officiel de Guillaume Bottazzi, artiste visuel.
Présentation d’oeuvres d’art et d’oeuvres d’art dans l’espace public, expositions, actualités.
Les images sont la propriété de l’artiste.
Ceux qui souhaitent copier des images peuvent contacter : ADAGP – © Guillaume Bottazzi